La boulimie : simple comportement alimentaire ou maladie ?

Publié le : 15 février 20225 mins de lecture

La boulimie est l’un des troubles alimentaires les plus courants. Les patients boulimiques mangent de façon vorace et incontrôlée, généralement des aliments considérés comme malsains, des sucreries, des aliments transformés. Après une crise, ils éprouvent un sentiment de culpabilité, à la suite duquel ils provoquent des vomissements, prennent des laxatifs ou mettent en place un régime restrictif.

Les complications de ce trouble alimentaire comprennent des lésions de l’œsophage et de la gorge, des glandes salivaires, des maladies des gencives et des caries dentaires.

Boulimie : informations générales, qu’est-ce que la boulimie mentale ?

Avec l’anorexie, la boulimie est l’un des troubles du comportement alimentaire les plus courants. Son nom vient du terme « boulimie », utilisé pour la première fois par Galien au deuxième siècle pour décrire un état caractérisé par une faim intense, voire « digne d’un loup ». À l’origine, elle était classée conjointement avec l’anorexie mentale, mais elle constitue désormais un syndrome clinique à part entière. La boulimie se caractérise par des épisodes de suralimentation suivis d’une purge du corps. Ce trouble touche plus souvent les femmes que les hommes, avec une prévalence de 1 à 3 % chez les filles âgées de 15 à 24 ans.

Vous pouvez consulter ce lien pour plus d’infos.

Symptômes de la boulimie

Une crise de boulimie peut survenir sous l’influence de diverses variables. Elle est généralement précédée d’une tension, dont les patients ne peuvent parfois pas donner les raisons. Ils commencent à manger avec avidité, généralement des aliments considérés comme malsains. Avec le temps, le rythme de l’alimentation se ralentit. Les personnes souffrant de ce comportement alimentaire sont capables de manger de très grandes quantités de nourriture pendant une telle crise et perdent généralement le contrôle de leur comportement.

Une fois la crise terminée, cette perte de contrôle provoque un sentiment de culpabilité. Cependant, le patient se sent mieux grâce à la diminution de la tension. Même pendant ou après la crise, des vomissements sont généralement provoqués. Des comportements tels qu’un régime intensif entre deux épisodes de suralimentation ou la prise de médicaments laxatifs sont également parfois observés.

Cependant, certaines personnes ne provoquent pas de vomissements réguliers et ont uniquement recours à l’exercice ou au jeûne. Il convient de noter que la boulimie peut passer longtemps inaperçue de l’entourage, car les personnes qui en souffrent mangent et vomissent excessivement dans la solitude et ne s’isolent pas socialement.

Diagnostic de la boulimie

Le diagnostic de boulimie est posé par un interniste, un psychiatre ou un psychologue sur la base d’un entretien et de tests appropriés. Au cours de l’entretien, il est vérifié, entre autres :

  • s’il y a des épisodes répétés de suralimentation violente,
  • si des vomissements sont provoqués ou si des laxatifs sont utilisés,
  • qu’il s’agisse de jeûne ou d’exercice intense,
  • la fréquence et la durée des épisodes de suralimentation, le cas échéant,
  • qui est une indication de l’estime de soi.

Après une anamnèse et un examen, si le diagnostic est une boulimie psychologique, un traitement approprié est proposé puis mis en œuvre.

Traitement de la boulimie

La psychothérapie et la pharmacothérapie sont toutes deux utilisées pour traiter la boulimie. Comme pour les autres troubles alimentaires, la motivation et la persévérance du patient lui-même sont très importantes dans le cadre d’un travail avec un psychothérapeute, généralement cognitivo-comportemental.

Pendant le traitement, il apprend à gérer ses émotions, à s’accepter et à adopter de bonnes habitudes alimentaires. Une thérapie familiale est également appliquée, au cours de laquelle l’entourage de la personne souffrant de boulimie apprend, entre autres, à la soutenir dans le processus de traitement et à agir pour que le patient se sente bien dans son environnement familial. La pharmacothérapie consiste quant à elle, entre autres, à prendre des antidépresseurs.  

 

 

 

Plan du site